Toggle Quick Contact Bar

LES ARTISTES EN RESIDENCE

  • LES ARTISTES EN RÉSIDENCE DE CRÉATION

La Compagnie A(.)

compagnie a pointLa Compagnie A(.) s’attache particulièrement au travail sur les écritures contemporaine et à la collaboration avec des auteurs vivants. Crée en 2014 autour de son premier projet, Chère Maman je n’ai toujours pas trouvé de copine, d’après Ivresse de Falk Richter crée en 2015 à Anis Gras et dans le cadre du festival Pleins Feux au Théâtre de l’Opprimé. L’équipe artistique est composée de comédiens et de metteurs en scène partageant l’envie de travailler ensemble, de parler d’une même voix, qui nous pousse aujourd’hui à entreprendre un projet collectif, quelque chose qui nous soit propre, qui nous appartienne, que l’on montre, que l’on fait partager. Nous voulons dès à présent rêver, construire, travailler ; bref, agir.

 

Emmanuel Audibert – Cie 36 du mois

On était une fois « Parler est un besoin. Écouter est un art. » Goethe Que va chercher le public quand il vient au spectacle ? Y a t il là un besoin vital ou seulement celui de se regrouper, se rassembler? Penser et être émus ensemble? Que ferait dire un vrai public, qu’écrirait un spectateur sur cette notion dont il est le héros ? Que sort d’un miroir tendu au public ? Dans un dispositif animé par des servomoteurs, une douzaine de peluches fait face aux spectateurs «réels». Entre ces deux publics face à face, un spectacle de On est attendu et aura lieu… peut être.

http://36dumois.net

 

ESTELLE BORDAÇARRE – Cie Emoi.71, metteur en scène et comédienne. 

Estelle B

Elle continue…la transmission de son théâtre de corps et de choeur au sein du dispositif La Belle Ecole. Elle est notamment engagée à poursuivre son travail auprès des jeunes adultes en situation de handicap mental à l’IMPRO de l’Hay-les-Roses.… l’aventure engagée depuis deux ans au sein de La Petite Fabrique, atelier d’expérimentations théâtrales menés par plusieurs artistes résidents d’Anis gras.… de répéter et de faire évoluer son solo pour personnage de clown Rien. Accompagnée de Peggy Reiss, elle s’engage à une nouvelle étape de diffusion dudit solo, crée en février 2011 à Anis Gras.… de prospecter les hôpitaux psychiatriques du 94, afin de transmettre, à cet endroit là de la souffrance psychique, son expérience de théâtre par la danse et le mouvement. Ce projet s’inscrit dans le cadre de son Projet-Home, engagé à Anis Gras en 2013. Elle continue.

www.estellebordacarre.com

 

BARBARA BOULEY – Cie Un Excursus, Metteur en scène, dramaturge et pédagogue.

Barbara BoulayAu cours de sa résidence la compagnie Un Excursus développera la création du spectacle-mémoire de son programme de recherches REVENIR ! consacré aux blessures invisibles de la guerre. Deux des trois épisodes d’une mini série sur le PTSD (Post Traumatic Stress Disorder) y seront présentés. Des tentatives pour mettre en mots et en lumière les ressorts secrets d’un malaise sociétal français que portent, dans un pesant silence et souvent sans le savoir, les mémoires familiales. Durant sa résidence, la compagnie Un Excursus proposera également des lectures, performances, symposiums et rencontres avec des chercheurs, historiens, psychologues et associations qui travaillent sur ce traumatisme particulier et mal connu.

http://www.unexcursus.fr

 

AGNÈS BOURGEOIS – Cie Terrain de Jeu, metteur en scène et comédienne.

agnes photo residence

La compagnie Terrain de Jeu va prendre le temps de se pencher sur de nouvelles créations. D’une part Agnès Bourgeois poursuivra l’écriture du livret de Marguerite, une idée de Faust, – projet qui a déjà fait l’objet d’une performance à Anis Gras en 2014. D’autres résidences hors les murs d’Anis Gras sont prévues pour poursuivre l’exploration scénique de cette forme opératique. Ce sera aussi le temps de réfléchir à l’opus 4 d’à TABLE la commuauté, afin de poser les bases précises de ce projet qui se fera avec professionnels et non professionnels.

 

https://cieterraindejeu.wordpress.com/

 

Cie Brin d Herbe

La Compagnie du Brin d’Herbe, dédiée au jeune public, travaille autour de la question (vertigineuse) : Comment grandir et trouver sa place ? Elle cultive dans ses spectacles l’art du pas de côté. Elle concrétisera à Anis Gras la création de sa nouvelle pièce Azul ou la barbe bleue, spectacle théâtral et musical librement inspiré de la barbe bleue de Perrault. Avec comme axe principal l’émancipation de la femme, la compagnie teste et s’adjoint des compétences autres comme la magie et la danse.

 

www.brin-herbe.com

 

 

ÉRIC DA SILVA, Auteur, metteur en scène, comédien.

Da Silva 4

Eric da Silva sera en résidence à Anis Gras, accompagné d’Henri Devier de la Gare Mondiale de Bergerac et de Frédéric Fachena du Collectif 12 de Mantes La Jolie.

Ils travailleront sur leur spectacle ENTROPIE (caractérise le degré de désorganisation ou de manque d’information d’un système) où alternativement ou simultanément, trois personnages : un auteur, un acteur et un producteur tissent le récit d’anticipation de la ville de Paris en 2017.

 

 

Gerty Dambury – La fabrique Insomniaque

RDBN_RouenLa Fabrique Insomniaque ! Une compagnie installée à Montreuil-sous-Bois autour de la dramaturge Gerty Dambury qui, depuis 2008 crée des spectacles vivants, principalement du théâtre sera en résidence à Anis Gras autour du projet « La Radio Des Bonnes Nouvelles » : une pièce de théâtre qui met en lumière des figures de femmes oubliées ou insuffisamment connues, ou sur lesquelles les regards sont pleins de préjugés ; afin de partager une mémoire collective, repousser les frontières pour mieux faire connaître des femmes, françaises ou non ayant, joué un rôle décisif pour les personnes modestes ou immigrées en France, en Angleterre, aux USA, en Nouvelle Calédonie (Louise Michel).

 

 

Cie Dife Kako

Depuis 1995 date de sa création, la compagnie de danse Difé Kako s’inspire des cultures africaines et antillaises. Chantal Loïal s’attache à créer un langage chorégraphique basé sur un métissage des danses africaines et antillaises ainsi que sur les répertoires musicaux traditionnels et contemporains. La compagnie Difé Kako se compose de danseuses possédant une formation de danse pluridisciplinaire (classique, moderne, jazz, danses traditionnelles de l’Afrique de l’Ouest, de l’Afrique Centrale, du Mahgreb, de la Guadeloupe, de la Martinique) et de musiciens maîtrisant différentes percussions et instruments (djembé, dum-dum, les tambours ka, maracas, cha-cha, accordéon, basse, balafon, ti-bwa, steel pan). La Compagnie, toujours à la recherche d’innovation et dans un souci de diversification artistique, développe plusieurs concepts pédagogiques et chorégraphiques pour amener le public à la découverte de cette danse métissée.

www.difekako.fr

 

 

Linda Duskova – Open Source

Metteure en scène et dramaturge Je travaille à présent, à Anis Gras, sur une création à partir du tableau Le Jugement dernier de Jérôme Bosch, portée par la compagnie La Traverscène. Ce projet fait partie de ma recherche au sein du doctorat SACRe, attaché au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris. Un grand intérêt pour le dispositif visuel et pour la création sonore apparaît dans tous mes travaux. Je vis et travaille actuellement entre Paris et Prague et je suis également membre du collectif de mise en scène Open Source.

www.latraverscene.fr 

 

 

Karima El Kharraze – Cie à bout portant

imageCréée en 2006 par Karima El Kharraze, auteure et metteuse en scène et Bryan Polach, comédien et rappeur, A Bout Portant se veut une compagnie attentive aux réalités sociales et politiques d’une société postcoloniale qui s’ignore. A travers l’écriture ou la réécriture de textes, nous interrogeons l’impact de l’histoire sur l’individu, notamment sur les interprètes avec lesquels nous choisissons de travailler. Dans une démarche proche de la création collective, nous inventons un théâtre vivant dont la forme s’adapte à chaque projet, la seule constante étant que nous envisageons la salle de spectacle comme un lieu d’échanges.

www.aboutportant.com

 

 

SOFI HÉMON, Plasticienne

quqaRésidence de recherche. Sofi Hémon invite QWA. QWA est le nom par lequel Sofi HÉMON et Inna MAAIMURA, plasticiens, se désignent ensemble et avec lequel ils signent un parcours commun de création plasticienne intitulé génériquement SCOTT. QWA est ainsi le nom donné à leur propre espace de jeu, de rencontre de dialogue où suivant et croisant leur démarche et leur créativité, leurs recherches et leurs lignes d’erres, ils définissent ainsi un terrain d’expérience artistique. Ces parcours seront ponctués d’étapes multiples en France et en Europe sous forme d’expositions et d’ installations in situ entre 2015 et 2017 – Anis gras est sur le chemin.

www.lepiphyte.com

 

 

ERIKA HAGLUND

Sans titre1Depuis une quinzaine d’années, Erika Haglund alterne réalisation, montage et éducation à l’image. Ses films, fictions ou documentaires, mettent en scène des personnages féminins qui interrogent leur place dans le monde. Dans Isabelle en forêt avec Isabelle Lafon, une femme en marge reprend pied. Dans Le moindre centime, documentaire en immersion sur la précarité, des femmes racontent dans le bureau de l’assistante sociale leur quotidien. Et la réalisatrice déplace encore notre regard quand elle dresse, avec une grande sensibilité, le portrait d’enfants différents, handicapés (Ces enfants sur mon chemin)Librement inspiré de l’adolescence de Selma Lagerlöf (auteure notamment du Merveilleux voyage de Nils Holgersson), le film qu’elle est entrain d’écrire raconte, dans la Suède du 19esiècle, l’entrée dans le monde de Selma, adolescente boiteuse et fantasque, qui découvre sa vocation d’écrivaine et ose s’ériger contre un monde d’hommes.

 

 

DOMINIQUE JOURNET RAMEL

IMG_1570 reduiteGrain Vénitien – L’apriorisme, ces idées toutes faites qui perdurent depuis la nuit des temps, ne prouve rien de plus que la croyance de celui qui en témoigne. A l’opposé exact du bon sens et de la réflexion. Rien n’ayant la vie plus dure, qu’un préjugé, Rousseur et superstition cohabitent indéfiniment. Sorcellerie, magie, satanisme… Disgrâce des hommes, beauté maléfique des femmes… Arrivons nous à vaincre les peurs ancestrales de notre inconscient collectif ? Qu’en est il, dans notre époque compliquée, du métissage, physique ou culturel ? De toutes ces différences qui éloignent et dérangent ? Qui est la « Bête » de l’autre, l’étrange pour l’autre ? Dans notre société moderne, qu’en est il du « Vivre ensemble » ?

 

 

GENEVIEVE DE KERMABON
Capture d’écran 2016-12-16 à 20.28.37Elle travaille sur son spectacle Rosie Bazar construit à partir d’interviews d’adolescents sur le désir : Leurs paroles sont tour à tour poétiques, crues, saisissantes, émouvantes. Les histoires de ces adolescents nous sont racontées dans une esthétique « art brut » où l’actrice manipule des marionnettes, et se transforme.  Rosie, une adolescente très ronde se fraie un chemin dans un monde où les rêves amoureux se fracassent parfois sur les images pornographiques en libre accès.

 

http://www.genevieve-de-kermabon.book.fr/

 

AURORE LALOY – Poésie & vive voix /SERVICE DES URGENCES POETIQUES 

Aurore 1En résidence d’écriture. Activiste de la poésie vivante et libre, des salles de concert aux centres d’art aux écoles aux rues jusqu’à l’Hôtel Paradoxe, une émission de radio à l’acronyme risque-tout qu’elle anime sur Radio Libertaire. Son premier vinyl de poésie Sylvia en hommage à la forêt et à l’Origine du Monde, est sorti en édition ultra-limitée fabriqué main en juin 2015. Les élèves de 6ème du collège de L’Hay-les-Roses ont remporté le prix spécial du concours « L’Ecrire et le Dire » 2016 avec les opéras radiophoniques réalisés en atelier avec elle, LaBelle Ecole et La petite Fabrique des Arts et des Cultures à Anis Gras. Bravo à eux. « De stresser à transer, il n’y a qu’une danse des lettres. La langue danse ou bien la langue sèche. » Erose, Aurore Laloy

www.horslaloy.net / www.hotelparadoxe.net / http://loligo.tm.fr / www.lepiphyte.com

 

 

STÉPHANIE LOÏK – Cie Théâtre du Labrador, Metteur en scène ARTISTE ASSOCIÉE à Anis Gras. 

Steph Loik

Stéphanie Loïk, en 2017, adaptera et mettra en scène la deuxième partie de La fin de l’homme rouge de Svetlana Alexievitch: Dix histoires au milieu de nulle part, et  reprendra la première partie qui a été créée à Anis Gras en octobre 2015. Svetlana Alexievitch, Prix Nobel de littérature 2015, réinvente une forme littéraire polyphonique, singulière, qui fait résonner les voix de centaines de témoins brisés. Des humiliés et des offensés, des gens biens, d’autres moins biens, des mères déportées avec leurs enfants, des staliniens impénitents malgré le Goulag, des enthousiastes de la perestroïka ahuris devant le capitalisme triomphant et, aujourd’hui, des citoyens résistant à l’instauration de nouvelles dictatures. Ce diptyque sera interprété par six jeunes acteurs sortis de l’Académie de Limoges: Vladimir Barbera, Denis Boyer, Véra Ermakova, Aurore James, Guillaume Laloux, Elsa Ritter.

En savoir plus : ici

 

LAURENT MELON, Peintre.

Capture d’écran 2016-12-15 à 11.49.22

Sur la Seine. Il est conseiller d’avoir le pied marin pour plancher sur un sujet de navigation. Voilà là, une bonne recommandation pour tenter la traversée d’un dessin. Pour limiter au maximum le risque d’un mal de mer, la prise régulière de pastilles Fisherman Extra Strong élimine le trop plein de poésie par de la vapeur, non sans augmenter tendresse et palpitations. Ainsi, tout en redescendant la flore intestinale au niveau du plancher des vaches, vous pourrez tenter de voguer idéalement sur la Seine sans perdre une miette du paysage Normand. Déjà, avant de prendre la moindre initiative au carbone, avant même de déclencher la moindre sensibilité, amarrez aux quatre coins la feuille à peindre à l’aide d’un ruban adhésif, avant de vous pencher au dessus. Un noeud en pattes de chien fera l’affaire pour rester accroché au sujet en mode tempête, si celle ci venait à tout bousculer sous votre crâne. Idéal comme noeud pour recourir à raccourcir le trait. Quand les creux qui s’enchainent vous démontent un buffet, tremblez chevilles, dès lors que les planches sortent le grand jeu, quand tout tourne autour de la remontée du Graal. Sensations liées à toutes aventures sur du papier, dès lors que l’on ressent l’envie du coûte que coûte. Embarquez ainsi tout le corps, si vous pensez être fait pour ce métier, révélations faites en page de garde fou dans le fameux code de la joute, où (ou) le manuel du candidat. Navigation entre deux eaux, poil de martre et levé d’encre.

http://gotoleo.canalblog.com

 

 

Cécile Mont Reynaud – Compagnie Lunatic

Qui pousse, ou le monde qui vient : il est question de la poule et de l’oeuf, du temps d’avant le temps, de chaos et de cosmos. Qui germe, qui advient, qui pousse, qui se transforme, et qui recommence… Portées par le thème des métamorphoses et de différents récits de naissance et de la Création, deux artistes circassiennes explorent une structure originale et une matière de fils de coton : tantôt tout un monde qui se construit à vue pour devenir agrès de cirque aérien, tantôt un tas, un chaos duquel émergent des formes, des personnages. Cirque aérien, marionnette, musique acousmatique, arts plastiques, magie nouvelle et quelques mots se conjuguent pour convoquer cet univers de la Création et de l’éternel recommencement, comptine à l’adresse des enfants qui poussent.

www.cielunatic.com

ANNE MULPAS – Poésie

3“Aucune carte du monde n’est digne d’un regard si le pays de l’utopie n’y figure pas.” Oscar Wilde La poésie n’offre pas de certitudes, encore moins de solutions mais elle donne à voir, à sentir, et donc à penser autrement l’épopée quotidienne. « Les affranchis – Atlas du singulier, cartographies plurielles  » compte explorer les états de l’être et du contemporain. Nous irons voir ce qu’il en est de nos émotions, nos désirs, nos rêves — ce qui peut nous affranchir de l’obsession identitaire qui nous isole autant les uns des autres que de nous-mêmes. De portraits individuels en paysages collectifs, il s’agira de cartographier la vie et de restituer par couches, par strates, par reflets ce qui se vit et d’ainsi expérimenter la parole/les mots à la fois comme des flots, des flux, des matières, des espaces infinis qui heureusement nous débordent, nous augmentent.

OM PRODUCK – Anne Buguet et Michel Ozeray, Théâtre d’objets.

OMproduckGroupe de création de spectacles transdisciplinaires, Omproduck associe formes novatrices et traditions artistiques (marionnette, danse, musique, théâtre d’ombres et art numérique). Nous avons 2 projets en cours : une forme brève Et Caetera, jeux de métamorphoses corporelles et de création de personnages éphémères pour le très jeune public et Dédale, « un voyage improvisé dans un labyrinthe génératif qui se trace dans l’espace au fur et à mesure qu’il est exploré, s’adaptant aux comportements de son visiteur ».

 

www.omproduck.fr

 

 

ABBI PATRIX – Compagnie du Cercle, contes.

AbbiPatrix ©Philippe Stisi hdLa Compagnie du Cercle, première compagnie de conteurs créée en 1980 par Abbi Patrix, est conventionnée par le Ministère de la Culture Drac Ile-de-France, le Conseil départemental du Val-de-Marne et le Conseil Régional d’Ile-de-France. De petites formes solos en déambulations contées, de parcours insolites en spectacles pour plateau, la Compagnie du Cercle valorise le répertoire d’histoires et de spectacles créés au fil des années et les diffuse en France comme à l’étranger. Plus de vingt-cinq créations jalonnent son parcours.

www.compagnieducercle.fr

 

 

VÉRONIQUE PETIT – Cie Le théâtre à Grande Vitesse

divorce imageLe 17 septembre 1997, nous nous sommes mariés sans prévenir personne. En 2007, nous nous sommes séparés, mais n’avons pas divorcé. En 2016, nous avons décidé de légaliser la séparation. Mais   divorcer engage des procédures que nous n’avions pas imaginé et coûte cher ! Alors est née l’idée un crowfunding Kiss Kiss Bank Bank! Personne n’avait été au courant de notre mariage, tout le monde participerait à notre divorce ! Nous avons la joie de vous annoncer notre divorce est un récit autobiographique nourri de témoignages, textes juridiques, historiques, d’anecdotes qui   racontent cette scène quasi inhérente à la vie conjugale: Le divorce.

 

 

CHARLES PIQUION – Conteur

Charles Piquion2Ne plus être celui qui attend , au bord de la ville être dedans , au choeur, là ou ça chante là ou elle m’enchante me laisser envahir. la ville m’a bousculé déjà, je veux qu’elle m’envahisse encore Habitants au balcon ils jetteront des fleurs, sans raison, pour la beauté du geste des paroles d’avant, des chansons , couplets inachevables, qui construisent des instants tellement lointains, cachés dans les mémoires. Habitants des trottoirs, faiseurs de marelles, traceront à cloche pied des chemins invisibles entre les irlandais et la cité du chap’ Je serai réveilleur des mémoires endormies, Je serai un parmi d’autres, armé comme les autres d’une  canne-totem, avec nos bâtons nous traceront  dans l’air des histoires muettes. Les plus timides suivront les traces, d’autres inventeront des chemins et les plus audacieux s’inventeront des façons de marcher. Dans le quartier du Chap ils inventeront des courte-échelles  compliquées pour cueillir dans le vent les chansons égarées ,  Des courte-echelles compliquées, des chansons égarées, les dés sont jetés, les jeux peuvent commencer.

 

 

Poulpe Électrique  – Nicole Pschetz et Joseph Jaouen

© Poulpe ElectriqueThéâtre physique et multimédia. 

Poulpe Électrique aborde des sujets contemporains à travers une relation entre le corps en mouvement et les arts numériques. Feminine, but Elastic (Féminin, mais élastique), le premier spectacle de la compagnie, a été créé mi-avril 2016 à Anis Gras. Actuellement, la compagnie est en phase de recherches sur le thème de l’obsolescence.

http://poulpeelectrique.net

PRIS DANS LES PHARES

pris ds les phares image residentsNous sommes une bande composée de 9 acteurs et d’un artiste photographe et vidéaste, issus du CFA des comédiens d’Asnières-sur-Seine et du CRR de Toulouse. Nous tentons de répondre à ces questions : Comment, Pourquoi et surtout Où on fait de l’art vivant aujourd’hui ? En 2015, nous formons PRIS DANS LES PHARES. Nous concevons, à travers la France, des interventions dans des sites du Patrimoine, dans l’espace public mais aussi sur des sites délaissés par l’Homme. Nous nous inspirons d’un lieu, de sa capacité, de ses contraintes, mais aussi de ses habitants ou de ceux qui y sont passés. Ces objets sont singuliers, intransportables. Ils appartiennent à l’endroit où ils voient le jour. Anis gras nous permet de nous consacrer pleinement à la recherche, sans obligation de résultat, qui est un aspect précieux de notre travail. 

www.facebook.com/prisdanslesphares

YORAM ROSILIO, Musicien et compositeur. Anti Rubber Brain Factory 

ARBF ©Anne-lise FRANCOIS rvb

Yoram Rosilio est l’un des secrets les mieux partagé de la nébuleuse Free européenne.
Assez prolixe, multipliant les groupes et les projets autour d’un noyau de musiciens fidèles, le contrebassiste développe depuis des années un propos musical qui puise à la fois dans une vieille tradition libertaire qu’il revendique tout entière, jusque dans la production de ses disques et son mode de diffusion, et une culture très ancrée des musiques du Maghreb qu’il insuffle notamment dans des polyrythmies brûlantes, chaleureuses et qui ne semblent pas se donner de limites… Ce qui est pour nous plaire.
[…] il fait vibrer une musique farouche et inscrite dans un réel qu’il convient de sublimer.[…]  (Franpi Barriaux – www.franpisunship.com)

www.arbf.fr

 

 

COLLECTIF SACRE

Capture d’écran 2016-12-13 à 16.52.00Milan Otal et Gabriel Bestion de Camboulas, fondateurs du Collectif SACRE, préparent leur première création PARIA PARK. Le texte, une histoire sur le sentiment d’exil, oscille entre fiction et réalité. Fiction poétique inspirée par Arthur Rimbaud, et réalité du terrain inspirée par les différents migrants rencontrés au cours de l’année 2016. Le Collectif SACRE continue sa résidence à Anis Gras avec les comédiens, une danseuse, un musicien, une plasticienne pour une création début 2017.

 

TAMARA SCHMIDT

tamara schmidt(Venez) Dans ma chambreUne femme peut-elle être à la fois artiste, mère, amante, épouse, fille et tout cela à la perfection ? Qu’y-a-t-il en jeu derrière cet idéal ? Et au-delà ? La poète américaine Sylvia Plath a consacré sa vie et son oeuvre à ces questions qui restent actuelles. Une femme seule sur scène imagine et construit son propre théâtre de l’intime où elle dialogue avec ses fantômes. Elle y convoque ses amours, mais aussi sa mère, son père et s’invente au fur et à mesure différentes figures féminines. Elle ouvre la porte, appelle le monde, désire le lien.

 

 

MICHEL SIMONOT, auteur, metteur en scène et artiste associé à Anis Gras.  

M SimonotLe texte Le But de Roberto Carlos (éditions Quartett) est créé, en début 2016, à Anis Gras, dans deux mises en scène distinctes : par les élèves du conservatoire du XIXème arrondissement et par la compagnie du Samovar qui va le tourner dans la région et à Metz et Nancy. Il sera également créé en janvier 2017 à la Martinique. En mars 2016 paraît, aux Editions Espaces 34, le nouveau texte : Delta-Charlie-Delta, en écho à l’électrocution de trois enfants à Clichy Sous Bois en 2005. A cette occasion, des lectures seront proposée à Anis Gras, et la Maison Théâtre des Littératures de Nîmes organise des lectures et rencontres. Paraît en janvier, aux Editions Théâtrales, écrit par le groupe Petrol (L.Hamelin, S.Levey, P.Malone, M.Simonot) : Merry Go Round. De Petrol une autre édition en prévision : Un Koltès. Durant toute la saison, accompagnement de projets artistiques à Anis Gras et participation à des projets culturels dans la ville. En savoir plus : ici

http://www.theatre-contemporain.net/biographies/Michel-Simonot/videos

 

 

Fatima Soualhia Manet

CouvertureFatima Soualhia Manet continue lors de cette résidence à explorer son travail sur le formidable livre Too much time (Women in prison) de la photographe Jane Evelyn Atwood. A la fois récit d’images, témoignages de vies brisées et implacable réquisitoire, le spectacle se construit comme une enquête sur l’incarcération féminine. Il rend aussi hommage au travail d’une photographe au combat généreux et sans concession. Le travail scénique insiste sur la qualité de présence, l’intimité et l’effacement de l’acteur au profit de ces femmes oubliées.

 

 

COLLECTIF SUIVEZ-MOI JEUNE HOMME, théâtre.

logo Csmjh.

Crée en 2012 À PARIS, le collectif Suivez-moi jeune homme est une coopérative de création qui conçoit le théâtre comme une entreprise collective. SMJH ne porte aucune revendication politique ou féministe : SMJH est politique et féminin. SMJH est essentiellement politique en ce qu’il est exclusivement collectif. SMJH, ne se satisfaisant pas d’une définition réduite du collectif, travaille en bande. SMJH expérimente pour trouver un autre rapport au monde et à l’autre en s’appuyant sur un texte qu’il envisage comme partition. Après le projet pluridisciplinaire et intergénérationnel KIDS, le collectif s’interroge sur la question : La compréhension de l’autre passe-t-elle nécessairement par les mots ? L’Alexandrin comme langue étrangère. Nous commençons donc cette recherche avec différents établissements scolaires du Val de Marne à partir de la partition Andromaque de Racine

www.suivezmoijeunehomme.org

 

 

FRANCK VIGROUX, compositeur et musicien. 

franck vigroux rvbEn novembre aura lieu la sixième édition de  Bruits Blancs, le rendez-vous des performances et propositions exploratoires à Anis Gras.

A cette occasion nous créerons une nouvelle pièce avec l’ensemble IRE issue du répertoire des musiques électroacoustique. Par ailleurs j’entamerai l’écriture et les répétitions de FLESH un nouvel « opéra électronique »  qui devrait voir le jour début 2018.

www.franckvigroux.com